/

2 milliards de personnes seraient plus vulnérables aux complications du coronavirus